essai gratuit
Manageris Blog

FR | EN

Management d’équipes


02 December 2022

Miser sur la proximité émotionnelle plutôt que physique

Miser sur la proximité émotionnelle plutôt que physique

Beaucoup de dirigeants s’inquiètent de voir leur culture d’entreprise « s’évaporer » depuis que, avec la pandémie de Covid-19, il s’est avéré difficile de faire revenir les salariés au bureau. De fait, une étude internationale de Gartner montre que seuls 25 % des salariés qui travaillent à distance se sentent connectés à la culture de leur entreprise. Or ceux qui se sentent connectés sont significativement plus performants, et ont 36 % plus de chances de rester fidèles à leur entreprise.

Comment donc susciter l’adhésion à la culture lorsque les collaborateurs sont peu présents sur site et qu’ils ont moins de temps pour les échanges informels ? L’étude montre que ce n’est pas tant la proximité physique que la proximité émotionnelle qui compte. Il ne s’agit moins d’être en contact avec les autres que de sentir que l’on a de l’importance pour eux.

Cela implique de porter une attention soutenue à chacune des interactions – puisque celles-ci sont moins nombreuses. En particulier, n’inviter en réunion que ceux dont la présence est nécessaire : ils sentiront ainsi que leurs contributions sont valorisées. Il est aussi impératif de se donner les moyens de repérer les collaborateurs qui minent le sentiment d’appartenance par des interactions « toxiques ». S’interroger sur la proximité émotionnelle créée par chaque interaction devient ainsi essentiel.

 

Sources : Evolve Culture & Leadership for the Hybrid Workplace, Gartner, 2022 ; Revitalizing Culture in the World of Hybrid Work, Harvard Business Review, novembre-décembre 2022.

Pour en savoir plus :

¬ Le lien social à l’épreuve du travail hybride (Synthèse Manageris n°307a)

27 October 2022

Faire de la place aux introvertis

Faire de la place aux introvertis

Le monde occidental – et plus encore le monde de l’entreprise – valorisent fortement les comportements associés à l’extraversion. Être à l’aise dans un groupe, passer rapidement à l’action, savoir s’exprimer en public et galvaniser les foules sont considérés comme des vertus. Au point que beaucoup de personnes de tempérament introverti apprennent, dès leur plus jeune âge, que leur façon d’être spontanée n’est pas la bonne et qu’elles devraient vite apprendre à se comporter « comme il faut ».

Susan Cain rappelle que la solitude est nécessaire à la créativité, à la maturation des idées, au travail de réflexion approfondi. Certains grands leaders particulièrement influents étaient d’ailleurs introvertis, comme Rosa Parks ou Gandhi. Et ce n’est pas un hasard : on constate que les personnes discrètes ont spontanément une meilleure écoute des autres et cherchent moins à imposer leurs propres idées. Susan Cain invite donc à des modes de travail plus équilibrés : préserver des temps de travail individuel en résistant à la mode du « tout collectif », et tenir compte des préférences de chacun au lieu d’attendre que tous se conforment au modèle extraverti dominant.

 

Source : Le pouvoir des introvertis, Susan Cain, TED.com, mars 2012.

Pour en savoir plus :

¬ Introvertis et extravertis : mieux travailler ensemble (Synthèse Manageris n°248b)

Bienvenue sur le blog de Manageris

Nous aurons le plaisir de partager avec vous les pépites découvertes à l'occasion de notre veille des parutions internationales sur le management des hommes et des organisations.

Accéder aux Synthèses Manageris

Essai gratuit