essai gratuit
Manageris Blog
15 December 2014

Faire se recouper les zones de responsabilité pour favoriser la coopération

Extrait de la Synthèse Manageris n°232b
« Impulser la coopération »

Très souvent, on observe que lorsque des collaborateurs demandent plus de clarté dans la définition des zones de responsabilité, cela cache en fait des réticences à coopérer. En effet, si les domaines d’intervention sont délimités avec finesse et précision, la coopération n’est en théorie plus nécessaire : chacun peut se focaliser sur le périmètre qui lui est assigné.

A l’inverse, faire volontairement se recouper les zones de responsabilité entre équipes et entre collaborateurs rend nécessaire la concertation, dans la mesure où les équipes partagent ainsi certains objectifs ou périmètres d’action. C’est ce qu’a mis en œuvre le responsable d’un atelier de production de matériel informatique. Alors que les collaborateurs étaient répartis entre 13 fonctions, il n’en reste maintenant plus que 4 : opérateur, inspecteur, technicien de maintenance et contrôleur qualité. Corrélativement, il a étendu le périmètre d’activité dévolu aux différentes fonctions, spécifiant de façon volontairement peu précise ce que chacun devait prendre en charge. Ce flou, certes inconfortable, a eu pour effet d’accroître significativement l’autonomie, le sens des responsabilités et les opportunités de coopération. Alors que les collaborateurs restaient assignés à un poste précis pendant leur journée de travail, ils passent désormais d’un poste à un autre et apportent spontanément leur aide à leurs collègues. Leur portefeuille de compétences s’est accru, ils ont développé une certaine polyvalence et la productivité a augmenté.    

Pour en savoir plus :

¬ Impulser la coopération (Synthèse Manageris n°232b)

¬ publié par Chrystel Martin dans Excellence opérationnelle

¬ partager

¬ mots clés { Collaboration, Organisation }

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Structures d'organisation »


¬ Commentaires (2)

fss

Ce style de management est parfait pour les managers manipulateurs. "Flou dans les fonctions",signifie aussi mise en concurrence des collaborateurs sur un périmètre précis. Donc, facile de valoriser ou dévaloriser les collaborateurs en fonction des attentes du manipulateurs. Ce type de management tend aussi à dissoudre les compétences spécialisées dans un niveau de compétences moyen. "Bon à tout = bon à rien". Il n'y a pas de miracle. J'ai connu ce type de management dans une structure. Ce style de management, c'est le paradis des managers qui veulent rester dans la facilité et la manipulation. Perso, je ne suis pas fan. A réserver, donc, pour des fonctions très précises.

¬ publié le 11/10/15 20h18

Olaf de Hemmer

Un moyen efficace pour favoriser la collaboration est de mettre en évidence les interdépendances entre les acteurs : chacun ne peut être responsable que de ce qu'il apporte à un flux (physique d'information...) entrant pour le transformer en flux sortant, qui sera utile à l'acteur suivant ! Le dialogue et la collaboration entre acteurs deviennent indispensables une fois comprise cette dépendance, qui traverse les frontières des structures (et de l'entreprise). Cette vision systémique est portée par de nombreuses méthodes de performance, à discuter sur valeursetmanagement.com

¬ publié le 31/12/14 14h04

donnez votre avis

Nom ou pseudo*

Email* (ne sera pas publié)

Votre commentaire*

 

recopier le code ici

Bienvenue sur le blog de Manageris

Nous aurons le plaisir de partager avec vous les pépites découvertes à l'occasion de notre veille des parutions internationales sur le management des hommes et des organisations.

En savoir plus sur Manageris

Découvrir gratuitement 2 synthèses


ARCHIVES

 

<< October 2020 >>

SMTWTFS
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

¬ Recevez la newsletter Manageris

¬ Rejoignez Manageris sur Linkedin