essai gratuit
Manageris Blog


18 January 2016

Partager les connaissances grâce à un réseau social d’entreprise

Extrait de la Synthèse Manageris n°247a
« Décloisonner l’entreprise »

Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) sont un bon moyen d’aider au partage de l’information et des connaissances entre entités. Mais bien des entreprises ont été déçues de constater que la seule existence du réseau social produisait peu de résultats. Celles qui ont su en tirer pleinement parti ont adopté une démarche autour de ces trois axes :

Partager les connaissances grâce à un réseau social d’entreprise

Pour en savoir plus :

¬ Décloisonner l’entreprise (Synthèse Manageris n°247a)

¬ publié par Chrystel Martin dans Excellence opérationnelle

¬ mots clés { Collaboration, Décloisonnement, Savoir }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Organisation apprenante »

04 January 2012

Quand la collaboration l'emporte sur l'individualisme

A LIRE: The Penguin and the Leviathan, Yochai Benkler, éd. Crown Business, 2011.

La majorité des théories en vigueur sur l’organisation du travail sont fondées sur un postulat d’individualisme. Dans un environnement sous pression, l’individu réagit avant tout par calcul, conscient ou inconscient, en fonction de ses intérêts propres. Mais que se passe-t-il dans l’entreprise quand on prend le postulat inverse – à savoir que l’homme est un animal sociable plus enclin à la coopération qu’à la concurrence ? Selon l’auteur, plusieurs des plus belles aventures de l’histoire économique sont issues de cette vision positive des dynamiques de groupe. Et de citer Wikipedia, Linux, Southwest Airlines.

Yochai Benkler revient ainsi sur des décennies de débats théoriques sur la nature humaine. Il met en valeur la façon dont ceux-ci ont contribué à forger notre conception du fonctionnement des organisations. Il éclaire ainsi les raisons pour lesquelles il nous parait souvent si naïf et contre-intuitif de parier sur les réflexes coopératifs et altruistes des salariés dans l’entreprise. C’est pourtant une approche réaliste et payante, nous prouve-t-il dans le reste de l’ouvrage. Pour nous convaincre, il s’appuie sur de nombreux travaux scientifiques issus de champs de recherche variés – psychologie, sociologie, management – ainsi que sur des retours d’expérience. Il reprend ensuite, point par point, les conditions d’émergence de la coopération entre individus. Il souligne par exemple l’importance de veiller à l’équité de traitement de chacun, ou le rôle que jouent la morale et les normes en vigueur dans le groupe. Il explique aussi pourquoi la communication face à face est un mécanisme si efficace. On apprend ainsi qu’on peut augmenter de 45 % le niveau de coopération entre des individus qui doivent résoudre un problème simplement en les mettant en présence physique. De quoi faire réfléchir à l’heure du tout dématérialisé...

Yochai Benkler est professeur à Harvard University.

Pour en savoir plus:

- Favoriser la coopération transverse (Synthèse Manageris n°202a) 

¬ publié par Chrystel Martin dans Management d’équipes

¬ mots clés { Décloisonnement }

Commentaires (1)

donnez votre avis

partager

20 October 2011

Les dessous de la collaboration

A LIRE : As One, Mehrdad Baghai, James H. Quigley, éd. Portfolio Penguin, 2011.

Affirmer que nous vivons à l’âge de la collaboration n’est plus vraiment une nouveauté. Organisations, partenaires et clients sont chaque jour davantage interdépendants. Dans ce contexte, le style de leadership directif semble passé de mode. Seul un management participatif permettrait de mobiliser plus efficacement les énergies de chacun vers le but commun.

Si la tendance est certaine, arguent les auteurs, il ne faut pas tomber dans la caricature inverse. Ils ont ainsi étudié pendant deux ans de nombreux entreprises et projets qui puisent leur succès dans une collaboration efficace avec leur écosystème. Sont passés à la loupe Apple, bien sûr, mais aussi Le Cirque du Soleil, qui crée année après année des spectacles remarquables, Medco Health Solutions – une des entreprises classées parmi les plus innovantes en 2008 aux Etats-Unis dans le domaine de la santé – ou encore W.L. Gore & Associates, l’inventeur du GORE-TEX.

Les auteurs ont ainsi identifié huit types de relations qui structurent la collaboration entre ces meneurs et leurs suiveurs : propriétaire et métayers pour Apple, sénateur et citoyens, chef d’orchestre et orchestre, ou encore architecte et artisans pour d’autres. Chaque type de configuration repose sur des équilibres et des règles explicites et tacites propres. Les comprendre dans leur subtilité permet de les gérer plus avantageusement.

Un éclairage original et intéressant sur la notion de collaboration entre entreprises.

Mehrdad Baghai est Managing Director chez Alchemy Growth Partners. James H. Quigley est PDG de Deloitte Touche Tohmatsu Limited

Pour en savoir plus:

- Favoriser la coopération transverse (Synthèse Manageris n°202a) 

- L'art de l'alliance (Synthèse Manageris n°96a) 

¬ publié par Chrystel Martin dans Stratégie

¬ mots clés { Collaboration, Décloisonnement }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Bienvenue sur le blog de Manageris

Nous aurons le plaisir de partager avec vous les pépites découvertes à l'occasion de notre veille des parutions internationales sur le management des hommes et des organisations.

En savoir plus sur Manageris

Découvrir gratuitement 2 synthèses


A PROPOS DE L'AUTEUR

Chrystel Martin est directrice générale et rédactrice en chef de Manageris.

Editeur de contenus synthétiques de référence sur le management, Manageris contribue à l'amélioration continue des pratiques de leadership par une approche originale du " On-the-job Learning " ®.

en savoir plus

ARCHIVES

 

<< December 2019 >>

SMTWTFS
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

¬ Recevez la newsletter Manageris

¬ Rejoignez Manageris sur Linkedin