essai gratuit
Manageris Blog

Marketing


13 April 2015

Apporter de l'information à ses clients sur Internet

Extrait de la Synthèse Manageris n°236b
« L’avenir du marketing »

Les consommateurs ont pris l’habitude d’avoir accès à une information foisonnante. Cela les rend plus exigeants et sélectifs. Pour susciter leur intérêt, les contenus que vous postez doivent suivre certaines règles :

Apporter de l'information à ses clients sur Internet

Pour en savoir plus :

¬ L’avenir du marketing (Synthèse Manageris n°236b)

¬ publié par Chrystel Martin dans Marketing

¬ mots clés { Clients, Marque }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Communication et publicité »

09 October 2013

Et si nos décisions d’achat étaient essentiellement insconscientes ?

Extrait de la Synthèse Manageris n°222a
« Les ressorts inconscients des décisions d’achat »

Pourquoi sommes-nous prêts à payer plus cher un même produit alimentaire en fin de matinée qu’en début d’après-midi ? Les propriétés objectives du produit sont pourtant les mêmes... Mais selon que nous avons faim ou sommes rassasiés, nous ne lui attribuons pas la même valeur.

Nous considérons en général que nous prenons nos décisions de façon consciente et rationnelle. Connaissant ses goûts, besoins et préférences, chacun peut choisir parmi les offres possibles celle qui correspond le mieux à ses priorités.

Cette vision du consommateur sous-tend largement les théories économiques et marketing. Et pourtant, les recherches en neurosciences ont prouvé qu’elle est fausse ! Certes, il nous arrive de décider en pesant au mieux les avantages et inconvénients de chaque option. Mais la majeure partie du temps, nos actions sont guidées par la partie inconsciente de notre cerveau. Celui-ci agit comme un pilote automatique qui nous évite de sur-solliciter notre système conscient, très consommateur en énergie.

Une invitation à revisiter ses stratégies marketing

Et si nos décisions d’achat étaient essentiellement insconscientes ?

Pour en savoir plus :

¬ Les ressorts inconscients des décisions d’achat (Synthèse Manageris n°222a)

¬ publié par Chrystel Martin dans Marketing

¬ mots clés { Clients, Comportements, Marque }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Connaissance des clients »

16 October 2012

Quand faut-il adopter une innovation qui voit le jour sur son marché ?

Extrait de la Synthèse Manageris n°184a
« Quelles innovations externes adopter? »

Beaucoup d’innovations se propagent par effet de mode, suscitant tour à tour adoption frénétique et scepticisme. Selon le contexte de l’entreprise et le degré de maturité de l’innovation ciblée, il peut être préférable d’en hâter l’adoption ou au contraire de prendre son temps pour mieux maîtriser les risques et limiter les coûts.

Ainsi, certaines innovations, notamment celles qui reposent sur des savoirs et technologies largement disponibles sur le marché, peuvent être aisément copiées. L’avantage conféré sera probablement de courte durée, la nouveauté devenant rapidement un standard du marché. Dans ce cas, mieux vaut attendre que l’innovation soit suffisamment développée et que son potentiel soit confirmé avant de l’adopter. D’autant plus que son coût aura baissé si elle a déjà été mise en œuvre par de nombreux acteurs du marché !

Au contraire, si une innovation émergente permet de préempter une position difficile à rattraper, il peut être justifié de prendre des risques. Progressive Insurance et Norwich Union ont ainsi pris le pari de lancer les premiers un nouveau type d’assurance auto "pay as you go" en exploitant la technologie GPS. Cette stratégie leur a permis de verrouiller le marché en déposant des licences. On peut aussi pérenniser son avantage concurrentiel en profitant d’économies d’échelle, ou en capitalisant sur l’image de marque que l’innovation aura créée.

Quand faut-il adopter une innovation qui voit le jour sur son marché ?

Pour en savoir plus :

¬ Quelles innovations externes adopter? (Synthèse Manageris n°184a)

¬ Favoriser l’innovation de rupture (Synthèse Manageris n°206a)

¬ publié par Chrystel Martin dans Marketing, Stratégie

¬ mots clés { Innovation }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Stratégie marketing »

16 March 2012

Comment les marques nous « lavent le cerveau »

A LIRE: Brandwashed, Martin Lindstrom, Crown Business, 2011.

Qui, mieux qu’un expert du marketing et de la publicité, pourrait critiquer de façon constructive la société de consommation et les dérives de la publicité à outrance ? Martin Lindstrom jette un regard distancié sur un univers dont il est un acteur reconnu, et décortique pour nous les techniques utilisées par les marques pour nous « laver le cerveau ».

Preuves scientifiques à l’appui, vous découvrirez ainsi comment nous sommes irréversiblement touchés par les messages publicitaires dès notre plus jeune âge, voire in utero ; comment les marques conçoivent leurs produits pour développer accoutumance et addiction ; comment l’effet-réseau met en jeu l’ensemble de nos circuits amicaux et relationnels pour nous encourager à consommer plus encore ; comment notre vie privée qui s’étale désormais au grand jour peut être utilisée pour influencer nos comportements à notre insu.

Surtout, souligne l’auteur, nous sommes le plus souvent complices de cette manipulation. En ce sens, il ne tient qu’à nous de regagner notre libre-arbitre et nous protéger de cette influence omniprésente des marques. Cette prise de conscience en est une première étape.

Une prise de recul amusante et fascinante.

Sur ce sujet, voir aussi :

- Le marketing des habitudes (Synthèse Manageris n°190a)

- Quels types d'acheteurs sont vos clients (Synthèse Manageris n°175b)

¬ publié par Chrystel Martin dans Marketing

¬ mots clés { Clients, Marque }

Commentaires (2)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Marque et image »

13 February 2012

A quoi pensent vos clients lorsqu'ils achètent vos produits ou services ?

Extrait de la Synthèse Manageris n°175b

Le succès d'une offre dépend de bien d'autres facteurs que sa qualité intrinsèque. Proposer le produit le plus adapté aux besoins du client est une chose. Le proposer au bon moment avec le bon message, et emporter ainsi sa décision d'achat, en est une autre !

Les différences d'attitude lors de l'acte l'achat sont une piste de différenciation que plus d'entreprises gagneraient à explorer activement. Certaines y ont trouvé une opportunité de définir de façon originale et efficace leur cœur de cible. Elles ont ainsi pu optimiser leurs efforts marketing et se différencier auprès de ce cœur de cible en s'insérant au mieux dans son parcours d'achat et en gagnant ainsi sa préférence.

Les auteurs de Stopwatch Marketing proposent une grille de lecture intéressante à cet égard. Ils ont identifié quatre principales attitudes face à l'achat :

L'achat impatient

Certains achats sont abordés avec impatience : le client leur accorde assez d'importance pour ne pas vouloir se tromper, mais désire y consacrer le moins de temps possible. Il aura alors tendance à choisir le premier produit qui lui apportera la garantie de répondre à son attente. Dans un magasin de vin, c'est le cas typique de la personne qui passer acheter une bouteille en partant à un dîner important. Elle ne doit pas se tromper, mais veut trouver rapidement la bouteille qui conviendra. Beaucoup d'achats de remplacement entrent dans cette catégorie : un pneu crevé, un appareil électroménager de première nécessité cassé… Une entreprise qui souhaite lancer une étude de marché en extrême urgence se trouvera dans cette même situation : si elle sait que son prestataire est bon, elle ne prendra pas la peine de lancer un appel d'offre.

L'achat réticent

Beaucoup d'achats sont effectués à contrecœur. Cela peut être parce que le produit n'a guère d'intérêt en lui-même, parce que changer de fournisseur est contraignant, parce que le contexte qui est désagréable, etc. Le client a alors tendance à repousser cet achat qu'il n'a pas envie de faire, souvent jusqu'au moment où il se décide très vite, pour se débarrasser. Acheter une bouteille de vin par devoir, pour quelqu'un que l'on apprécie peu, en est un exemple. Changer de banque ou d'opérateur de téléphonie mobile est aussi souvent une décision prise "à reculons" : l'effort est vécu comme disproportionné par rapport aux bénéfices attendus. De la même façon, le chef de projet qui doit lancer une consultation pour un projet qui lui est imposé mais auquel il ne croit pas achètera cette prestation à contrecœur.

L'achat prudent

Certains acheteurs vivent leur achat dans l'anxiété. Parce que l'enjeu est important, ou en raison de leur personnalité, ils ne veulent surtout pas courir le risque de se tromper. Ils ont alors tendance à poser mille questions et à peser indéfiniment le pour et le contre avant de se décider. Le choix d'un vin à offrir à son futur beau-père, œnologue confirmé, pourrait correspondre à cet état d'esprit. Beaucoup de personnes achètent les biens coûteux dans cet état d'esprit : une voiture ou un logement principal en sont des exemples typiques. L'enjeu est si important qu'il justifie d'innombrables visites ou essais, et un temps de réflexion parfois très long. L'entreprise qui sélectionne le cabinet de conseil qui l'accompagnera pour une réorganisation majeure est souvent dans ce cas de figure : elle n'hésitera pas à procéder à un long appel d'offre et à consacrer un temps important à étudier les propositions de multiples prestataires potentiels.

L'achat "plaisir"

A l'inverse, il arrive que le processus d'achat soit en lui-même vécu comme agréable au point de faire partie intégrante de l'expérience achetée. Le client prend alors volontiers son temps et profite de ce qui entoure la vente elle-même. Le connaisseur qui va discuter avec son marchand de vin et déguste plusieurs crus avant de faire son choix est dans cet état d'esprit. Dans le même registre, la chaîne de librairies Barnes & Nobles s'est focalisée sur les lecteurs qui aiment feuilleter les livres et discuter avec d'autres lecteurs ou les vendeurs avant de faire leur choix. Elle propose des espaces accueillants où l'on peut s'installer pour découvrir les dernières parutions. Avec succès : elle constate que ses visiteurs transforment effectivement leur visite en achat… comme s'ils voulaient "rentabiliser" le temps passé. Beaucoup de produits de l'univers du luxe ou des loisirs sont achetés dans cet état d'esprit. C'est aussi l'attitude que pourra avoir l'acheteur d'une prestation de conseil innovante ou d'un séminaire de motivation.

Analyser l'état d'esprit dans lequel se trouvent ses clients lors de l'achat peut ouvrir des possibilités de ciblage intéressantes. En décidant de se focaliser sur l'un de ces types d'acheteur, il est possible de concentrer es investissements marketing pour une meilleure efficacité. Deux dimensions en particulier donnent lieu à des choix différents selon que l'on s'adresse à tel ou tel de ces états d'esprit :
- s'adapter au temps que les clients souhaitent consacrer à leur achat ;
- s'adapter au niveau de risque perçu par les clients lors de leur décision d'achat.

Pour en savoir plus:

- Quels types d'acheteurs sont vos clients ? (Synthèse Manageris n°175b)
- Stopwatch Marketing, John Rosen, AnnaMaria Turano, éd.
Portfolio, 2008.

¬ publié par Chrystel Martin dans Marketing

¬ mots clés { Clients }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Connaissance des clients »

Bienvenue sur le blog de Manageris

Nous aurons le plaisir de partager avec vous les pépites découvertes à l'occasion de notre veille des parutions internationales sur le management des hommes et des organisations.

En savoir plus sur Manageris

Découvrir gratuitement 2 synthèses


A PROPOS DE L'AUTEUR

Chrystel Martin est directrice générale et rédactrice en chef de Manageris.

Editeur de contenus synthétiques de référence sur le management, Manageris contribue à l'amélioration continue des pratiques de leadership par une approche originale du " On-the-job Learning " ®.

en savoir plus

ARCHIVES

 

<< March 2017 >>

SMTWTFS
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031

¬ Recevez la newsletter Manageris

¬ Rejoignez Manageris sur Linkedin