essai gratuit
Manageris Blog
09 October 2013

Et si nos décisions d’achat étaient essentiellement insconscientes ?

Extrait de la Synthèse Manageris n°222a
« Les ressorts inconscients des décisions d’achat »

Pourquoi sommes-nous prêts à payer plus cher un même produit alimentaire en fin de matinée qu’en début d’après-midi ? Les propriétés objectives du produit sont pourtant les mêmes... Mais selon que nous avons faim ou sommes rassasiés, nous ne lui attribuons pas la même valeur.

Nous considérons en général que nous prenons nos décisions de façon consciente et rationnelle. Connaissant ses goûts, besoins et préférences, chacun peut choisir parmi les offres possibles celle qui correspond le mieux à ses priorités.

Cette vision du consommateur sous-tend largement les théories économiques et marketing. Et pourtant, les recherches en neurosciences ont prouvé qu’elle est fausse ! Certes, il nous arrive de décider en pesant au mieux les avantages et inconvénients de chaque option. Mais la majeure partie du temps, nos actions sont guidées par la partie inconsciente de notre cerveau. Celui-ci agit comme un pilote automatique qui nous évite de sur-solliciter notre système conscient, très consommateur en énergie.

Une invitation à revisiter ses stratégies marketing

Et si nos décisions d’achat étaient essentiellement insconscientes ?

Pour en savoir plus :

¬ Les ressorts inconscients des décisions d’achat (Synthèse Manageris n°222a)

¬ publié par Chrystel Martin dans Marketing

¬ mots clés { Clients, Comportements, Marque }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Connaissance des clients »

25 September 2013

Dépasser l'opposition vie privée/vie professionnelle

Extrait de la Synthèse Manageris n°220b
« Dépasser l’opposition vie privée / vie professionnelle »

Chercher à établir une cloison étanche entre vie privée et vie professionnelle est voué à l’échec : l’évolution de la société, mais aussi de l’organisation du travail, ne permettent plus le retour à une séparation stricte entre les domaines de vie.

Faut-il le regretter ? Là n’est pas le sujet, car l’évolution semble inéluctable. Elle présente par ailleurs de réels avantages. Reste à savoir gérer ces nouvelles conditions de travail de façon à préserver un équilibre sur le long terme. Plutôt que de chercher en vain à préserver les sphères privées et professionnelles l’une de l’autre, mieux vaut chercher l’approche qui vous convient le mieux pour maintenir un équilibre global sur la durée. En voici quelques exemples.

Dépasser l'opposition vie privée/vie professionnelle

Pour en savoir plus :

¬ Dépasser l’opposition vie privée / vie professionnelle (Synthèse Manageris n°220b)

¬ publié par Chrystel Martin dans Développement personnel

¬ mots clés { Agilité, Organisation, Stress }

Commentaires (2)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Gestion du temps »

26 February 2013

Comment soulever les conflits latents ?

Extrait de la Synthèse Manageris n°212b
« Accepter le conflit pour mieux le gérer »

Face à des collaborateurs tentés de "faire l’autruche", il incombe au manager de les amener à admettre l’existence d’un conflit. Cet effort est indispensable pour éviter que les conflits latents ne dégénèrent.

Comment soulever les conflits latents ?

Pour en savoir plus :

¬ Accepter le conflit pour mieux le gérer (Synthèse Manageris n°212b)

¬ Réhabiliter le conflit (Synthèse Manageris n°207a)

¬ publié par Chrystel Martin dans Management d’équipes

¬ mots clés { Conflit, Courage, Crise }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Conflits »

18 February 2013

Créer un climat de débats constructifs

Extrait de la Synthèse Manageris n°212a
« Nourrir le plaisir de travailler »

Se sentir porté par un environnement dont l’énergie est avant tout tournée vers l'atteinte d'objectifs est hautement stimulant. Pouvoir partager ses sujets de réflexion avec ses collègues, bénéficier de leurs idées, faire part librement de son avis sur leurs travaux, débattre ouvertement des difficultés rencontrées : autant d’occasions qui nourrissent le plaisir de faire partie d’une organisation efficace, propice à l’accomplissement gratifiant de sa mission.


Dirigeants comme managers ont une influence considérable sur l’instauration d’un tel état d’esprit.

Créer un climat de débats constructifs

Pour en savoir plus :

¬ Nourrir le plaisir de travailler (Synthèse Manageris n°212a)

¬ Favoriser la coopération transverse (Synthèse Manageris n°202a)

¬ publié par Chrystel Martin dans Développement personnel

¬ mots clés { Collaboration, Ecoute, Responsabilisation, Style de management }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Dynamique d'équipe »

24 January 2013

Développer sa compétence 'chance'

Développer sa compétence 'chance'

Extrait de la Synthèse Manageris n°215b
« La chance, une compétence à développer »

Chaque jour, nous rencontrons des personnes qui semblent bénéficier d’une chance insolente, tandis que d’autres, dans des circonstances similaires, paraissent jouer systématiquement de malchance.

Or l’analyse de ce phénomène conduit à relativiser fortement cette perception de fatalité. En effet, notre état d’esprit, notre attitude et nos comportements déterminent notre aptitude à repérer et saisir les opportunités. Sans être intrinsèquement chanceuses, certaines personnes agissent ainsi spontanément de façon à provoquer les occasions favorables.

Partant de ce constat, le psychologue réputé Richard Wiseman s’est interrogé : est-il possible d’influencer la chance ? Ses conclusions sont édifiantes : nous sommes en grande partie responsables de notre propension à avoir de la chance. Il s’agirait ainsi d’une véritable compétence à développer.

Wiseman relate notamment dans son ouvrage "The Luck Factor" comment il a monté une "école de la chance" pour aider les personnes qui se considéraient comme malchanceuses. En quelques semaines seulement, celles-ci connaissent de premières réussites, qui les rendent plus confiantes. Elles enclenchent ainsi une spirale positive, où chaque évènement heureux renforce leur capacité à avoir de la chance.

Les nombreuses expériences conduites sur le sujet montrent que trois facteurs déterminent notre aptitude à avoir de la chance :

- Se placer en situation d’avoir la chance

Plus on vit dans un univers bien réglé et maîtrisé, plus la part de hasard se réduit. On limite ainsi les risques, mais on perd l’opportunité d’un hasard heureux. À l’inverse, on augmente sa probabilité d’avoir de la chance en se mettant en favorisant le hasard. Aborder des personnes que l’on ne connaît pas, se rendre à des événements ou dans les lieux inhabituels, oser tenter des expériences sans savoir ce qu’elles sont censées donner… Un "brin de folie" qui se révèle propice à la chance.

- Être capable de voir les opportunités

À situation égale, on observe que chanceux et malchanceux n’ont pas les mêmes perceptions. C’est pourquoi Richard Wiseman demande aux malchanceux de tenir un journal de la chance, dans lequel ils notent systématiquement les hasards heureux de leur journée. Ils prennent ainsi conscience que, contrairement à ce qu’ils pensaient, ils ont eu de la chance à plusieurs reprises. Par exemple, ils ont évité de justesse une collision en voiture ou trouvé un article en soldes à leur taille. Par ce simple exercice, le regard porté sur leur malchance change : elle n’apparaît plus comme une fatalité. Rapidement, ces personnes se mettent à percevoir un nombre croissant d’opportunités.

- Oser tirer parti des opportunités repérées

Certains ont spontanément tendance à saisir leur chance, quand d’autres hésitent et passent à côté. La Nouvelle-Zélande a eu beaucoup de chance d’accueillir le tournage du Seigneur des Anneaux. Mais c’est surtout parce qu’elle a su profiter de cette visibilité pour lancer une industrie du cinéma que cette opportunité s’est concrétisée. Alors que le cinéma est en crise, elle a généré contre toute attente 3 milliards de dollars en 2010.

Les personnes chanceuses se caractérisent aussi par leur ténacité. Convaincues de leur chance, elles persévèrent davantage et donc rencontrent plus de réussite. Une expérience de psychologie sociale en a fait la preuve. Placés devant un puzzle infaisable – ce qu’ils ignoraient –, les participants qui se disaient malchanceux ont arrêté en moyenne au bout de 10 minutes, tandis que ceux qui se pensaient chanceux ont persévéré 45 minutes !

Provoquer la chance et oser en tirer parti est ainsi une compétence que chacun gagne à développer activement.

Pour en savoir plus :

¬ La chance, une compétence à développer (Synthèse Manageris n°215b)

¬ Le leader intuitif (Synthèse Manageris n°199b)

¬ publié par Chrystel Martin dans Développement personnel

¬ mots clés { Agilité, Confiance, Créativité, Innovation, Intuition, Performance, Risque, Talents }

Commentaires (0)

donnez votre avis

partager

Voir toutes les synthèses Manageris
sur le thème
« Efficacité personnelle »


page 1 . 2 . 3 . 4 . 5 . 6 . 7 . 8 . 9 . 10 . 11 . 12 . 13 . 14 . 15 . 16 . 17 . 18 . 19 . 20

Bienvenue sur le blog de Manageris

Nous aurons le plaisir de partager avec vous les pépites découvertes à l'occasion de notre veille des parutions internationales sur le management des hommes et des organisations.

En savoir plus sur Manageris

Découvrir gratuitement 2 synthèses


A PROPOS DE L'AUTEUR

Chrystel Martin est directrice générale et rédactrice en chef de Manageris.

Editeur de contenus synthétiques de référence sur le management, Manageris contribue à l'amélioration continue des pratiques de leadership par une approche originale du " On-the-job Learning " ®.

en savoir plus

ARCHIVES

 

<< March 2017 >>

SMTWTFS
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031

¬ Recevez la newsletter Manageris

¬ Rejoignez Manageris sur Linkedin